TÉLÉCHARGEMENTS
SAV en FRANCE

Nous assurons
un service après
vente efficace
avec notre équipe
des techniciens sur
tout l’hexagone.

Pour rencontrer nos représentants, veuillez remplir le formulaire de demande ou bien tout simplement appelez nous.

FSC Secured by design
Constructionline
Imprimer la page Envoyer la page par e-mail
POURQUOI LE BOIS? SANTÉ HUMAINE ÉCONOMIE COMPARAISONS TECHNIQUES COMPARAISON ÉCOLOGIQUE INCENDIE

Avez-vous pensé aux conséquences d'un incendie pour vos portes et fenêtres?

Chaque année, un certain nombre d'incendies surviennent quoi qu'il arrive, malgré les précautions mises en places. De nos jours, la destruction complète d'un immeuble par le feu est rare. En général, les incendies sont de dimension modestes, limités à une seule pièce. Après réparations, l'habitation pourra être réintégrée si l'édifice n'a pas été imprégné d'émanation toxiques.

Les fenêtres en bois s'enflamment plus lentement que les autres matériaux. Elles résistent 90 minutes au feu et conservent leur résistance statique, ne se carbonisant dans un premier temps qu'au niveau de sa surface. De ce fait, le bois conserve sa stabilité un long moment, contrairement au PVC qui perd rapidement sa stabilité, et qui en outre dégage des gaz toxiques en très grande quantité.

D'autres matériaux, comme l'acier, sont ininflammables. Mais ils possèdent d'autres inconvénients : l'acier utilisé pour former l'ossature des constructions perd un certain nombre de ses propriétés physiques lorsqu'il est soumis à haute température. Se ramollissant, il deviendra incapable de supporter le poids de l'édifice et provoquera un effondrement. De son côté, le bois ne se dilate pas à la chaleur. Jusqu'au moment critique de sa combustion, il ne fera que renforcer sa solidité, en s'asséchant de plus en plus.

Le bois ne prend feu qu'à des températures comprises entre 300 et 520°C. Dans un premier temps, sa surface se transforme en charbon de bois, un excellent isolant. Ajoutées à celles du bois, les qualités d'isolation du charbon éviteront que la température n'augmente rapidement dans les parties centrales du bois. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il est aussi difficile de brûler un gros morceau de bois dans une cheminée ou un barbecue.

Pendant sa combustion, le bois ne dégage que de l'eau et du CO2, produits non toxiques. Le bois contient naturellement entre 8 et 15% d'eau, il faudra donc provoquer l'évaporation de 80 à 150 litres d'eau pour enflammer une tonne de bois. Lors de la combustion d'une poutre, la vitesse de pénétration du feu vers le cour du bois est limitée à 0,5 mm par minute. La température du bois non encore brûlé ne dépasse jamais 100°C en raison de la présence de l'eau et des qualités d'isolation du bois. Par conséquent, le bois non encore brulé garde ses qualités de solidité.

Aucun additif n'est utilisé dans la transformation du bois. Par contre, la fabrication du PVC nécessite l'ajout de fluor, de chlore et de brome, censés diminuer son inflammabilité. Au bout de 15 minutes d'incendie, 80% du chlore contenu dans le PVC émergera sous forme de gaz hydrochlorure. Pour un kilogramme de PVC, 250 g de composés hydrochlorures vont ainsi être formés. Au contact de la vapeur d'eau ambiante, ce gaz évoluera aisément en acide chlorhydrique, au détriment de l'environnement. De plus, l'acide risque de pénétrer les armatures métalliques des constructions en béton armé, provoquant leur corrosion. Les appareils électroniques risquent également d'être endommagés, même des mois suivant l'incendie. Plus grave, les personnes exposées à ces fumées toxiques risquent des séquelles irréversibles pour les poumons et pour leurs yeux.

Le poison le plus effrayant se formant lors de la combustion du PVC est bien la dioxine, qui peut être mortelle. Un environnement détruit par l'acide chlorhydrique et la dioxine est quasiment irrécupérable. Aux États-Unis, 1 million d'incendies provoquent chaque année la formation de dioxine à cause de la présence de PVC. La dioxine peut se présenter sous 210 formes de di-benzodioxyde polychlorique. Les dioxines endommagent le système immunitaire et le foie, et peuvent altérer les chromosomes. Pour cette raison, 80% des décès suite aux incendies proviennent d'intoxications respiratoires.

Vous pouvez accéder ici aux avertissement de la FDA concernant la dioxine.

En se consumant, une petite quantité de PVC suffit à remplir une pièce de fumée épaisse, empêchant la fuite des personnes dans un incendie. Conscientes de ces effets, les compagnies d'assurance incitent leurs clients à ne pas utiliser de PVC dans leurs habitations et leurs lieux de travail. Pour l'association Greenpeace, le PVC, matériau chloré, est le produit d'une "cuisine empoisonnée".

L'incinération des déchets en PVC reste un problème complexe pour l'environnement, ce qui explique les nombreuses règlementations en vigueur sur l'utilisation de ce produit.

Vous pouvez accéder ici aux avertissements des pompiers anglais, américains et d'autres pays, au sujet des risques d'incendies concernant le PVC.

   Google+